Lev'elles Up

2020-07-20 By Lev'elles up

La raison d’être de Lev’elles up

Depuis la création du monde, on a assisté à une sorte de disparition sociale à tous les points de vue. On a depuis toujours assisté à la prédominance d’un groupe par rapport à un autre. Mais le début du siècle dernier a été témoin d’une réorganisation majeure de la société et le terme émancipation, qui vient du latin *emancipare* , commença à prendre son plein sens les années 1965 quand les femmes ont enfin acquis leur droit de vote.

                        L’émancipation, l’un des moteurs de la transformation de la société, permet donc d’être indépendant. Elle donne aux catégories marginalisées d’alors des droits identiques aux autres catégories. L’émancipation, des femmes dans notre cas, se voit être l’un des faits sociaux majeurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Mais malgré toutes ces avancées au niveau international, on se demande encore si la femme haïtienne est vraiment émancipée. Elle est encore sous l’emprise d’une autorité, d’une tutelle ou encore pire d’une contrainte morale ou intellectuelle. Un simple coup d’œil sur les salaires, les postes occupés au niveau de diverses institutions dans la société, leur rôle dans la prise de décision de leur propre famille, nous indique qu’il y a encore du chemin à parcourir. Cette lutte pour une réelle intégration de la femme haïtienne à tous les niveaux de la société est la raison d’être de Lev’elles Up.

Notre mission

 Notre principale mission des d’aider les femmes haïtiennes à prendre conscience de leur valeur, de leur potentialité et de leur pouvoir; de créer un réseau de femmes qui se supportent les unes les autres, qui travaillent ainsi à la réalisation de leurs rêves et constituant ainsi un noyau de femmes inspirantes dans la société haïtienne.

Objectifs

1) Contribuer à l’émancipation de 65% des femmes haïtiennes sur les 25 prochaines années.

2) Inciter les jeunes filles à se former d’avantage et à prioriser les choses de l’esprit.

3) Valoriser les femmes qui pratiquent certaines métiers sujets à discrimination tels: cuisine, couture, petites commerçantes, Madan Sara, etc.

4) Atteindre plus de 80% des femmes haïtiennes vivant sur le territoire national avec notre message sur le long terme.

0
EnglishFrançaisKreyol ayisyenEspañol
%d bloggers like this: